ÉPISODE 1/SUD WEB 2014 : DOWNTOWN

PROLOGUE
J’avais accepté de venir parce que Thomas Parisot m’avait demandé de venir et de faire simplement ce que je « fais d’habitude » : regarder, échanger, et raconter. J’avais dit Ok, c’était en septembre 2013, y’avait le temps. Et puis à la vue du programme des conférenciers sur le site…

Objet : Sud Web j’ai peur
Hello Toto, Tu es vraiment sûr que je vais comprendre quelque chose ????
Objet : Re-Sud Web j’ai peur
Hello Soso, Oui je suis sûr.

Voilà comment j’arrive à Toulouse un jeudi soir pour participer à mon premier séminaire du web option majoritairement des développeurs. (ce qu’on appelle communément sans savoir de quoi on parle : des geeks)
définition Reverso 
1(=nerd) allumé (e) m/f * computer geek crack en informatique m*geek = passionné d’informatique ; bidouilleur
2. hurluberlu ; allumé ; personne à l’air un peu excentrique ; passionné excentrique dégingandé


EPISODE 1 : JEUDI SOIR, veille de #Sudweb, apéro /repas, entrée libre, tout le monde au Downtown…
Me voilà au milieu du monde inconnu.

Thomas dit que j’ai le droit de poser toutes les questions que je veux : pour l’instant, je dois bien avouer que je ne comprends même pas les questions que je pourrais éventuellement poser…

J’entends pour la première fois ce fameux mot patterns* qui me poursuivra jusqu’à la fin. Je le note dans un coin de mon cahier, avec d’autres mots qui viendront s’ajouter, les mots mystérieux. Mais très vite, je choisis (ai-je vraiment le choix ?) de ne pas chercher à TOUT comprendre, d’accepter qu’une partie de la langue parlée ici, en terre codée, me restera totalement étrangère.
(ni sous-titre ni doublage) (et si je restais, par exemple, six mois entiers en terre codée, finirais-je par parler comme eux ?) (Do you speak code ?)

Des garçons se présentent entre eux. On m’explique en aparté : lui, c’est Sigma ; Et son frère, c’est Gephi. Je perçois des échanges de regards respectueux… Pour l’instant, ça fait comme une réunion (dans la cave du resto) façon société secrète.

C’est quoi faire du code ?
Il faudra bien que je parvienne à répondre à cette question essentielle si je veux su(rv)ivre.

Mon immersion/mon cheminement/mon gilet de sauvetage/ma définition, ça donne ça :

– Le matériau à travailler, c’est le code.

– Le code, c’est un gros langage formé d’un ensemble de langages singuliers. Chaque ligne écrite, sorte de formules mathématiques à la fois fonctions algébriques et ponctuations, déclenche automatiquement une action (le signe = l’acte) : une langue absolument performative.

– Le destinataire premier du message « codé » est l’ordinateur : il obéit aux doigts et à l’œil aux injonctions écrites par les développeurs (dév. en jargon) (aucun rapport avec Dave).

– Chacun possède en quelque sorte son propre style et maîtrise plus ou moins des nuances des autres parties de ce langage. Dans un souci d’efficacité, ce langage tend vers l’uniformisation. L’échange de données (des lignes de code déjà éprouvées) permet un gain de temps substantiel. Efficace & rapide : qualités attendues du web.

– Il existe un endroit dédié aux partages, appelé « open source », où chacun (= quelques-uns) dépose ses trouvailles en libre accès et où chacun (= tout le monde) se sert.

– L’entraide et la collaboration semblent inhérentes à ce domaine, vitales même. Parce que, même si les développeurs possèdent de très très gros cerveaux, il y a trop de savoirs à produire, c’est impossible de faire sans les autres. (Pas de compétition ?)

Le soir, à table, au resto, entre le burger et le ketchup (fait maison), on m’explique :
Les développeurs sont sur une vague qui va très très très vite. Ils doivent toujours rester dessus, même si ça va de plus en plus vite. Si on tombe, si on fait une pause, la vague continue quand même…
Je conclus en moi-même : Être sur cette vague doit générer pressions et excitations et addictions… Que des trucs qui apportent de la sérénité…

Le soir, à l’hôtel :
Je m’endormis d’un seul coup d’un seul, comme assommée par une ancestrale UC.

Next episode  : D-Day : Sud Web au sommet, Sud Web vous emporte, Sud Web vous parle…

——–image ©intertitres

 

Publicités

3 réflexions sur “ÉPISODE 1/SUD WEB 2014 : DOWNTOWN

  1. Pingback: ÉPISODE 3/SUDWEB 2014 : 10H À MIDI | Les Rapports d'ÉTONNEMENT

  2. Je suis ravi que tu aies capturé le mot « pattern » en premier parce que je pense que ça nous caractérise très bien : des gens boulimiques de savoir mais qui, la plupart du temps, ne s’attarde pas sur les détails (à tort ?). Nous cherchons le plus plus souvent à comprendre les mécaniques afin de les optimiser. Et quand nous y sommes arrivés… Nous en inventons de nouvelles à améliorer !

    • teasing : le mot pattern et sa définition a été quasiment le sujet de discussion du dîner de samedi soir… réponse dans l’épisode 5 ! À suivre…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s